marques et écologie

6 moyens pour les entreprises de réduire leur empreinte écologique

Des entreprises du monde entier se sont récemment exprimées sur leur engagement en faveur de l’écologie et du développement durable à l’occasion du Jour de la Terre. Elles n’ont en revanche pas évoqué les difficultés de mise en œuvre du virage vert.

Chaque marque doit trouver un équilibre entre les coûts de la responsabilité sociale et la nécessité de réaliser des bénéfices substantiels. Il faut donc prendre des décisions difficiles pour savoir où, quand et comment investir dans la durabilité.

La frontière entre rentabilité et durabilité peut être très mince. Les meilleurs matériaux et les processus neutres en carbone peuvent souvent entraîner une prime qui ne peut être répercutée sur les clients. La plupart des marques choisissent de commencer par améliorer les matériaux et la fabrication. Les marques peuvent également apporter des améliorations dans d’autres domaines moins évidents pour améliorer l’environnement et l’expérience du client.

Avoir moins recours aux emballages

Vous pouvez également réduire la quantité d’emballages que vous utilisez en investissant dans des emballages écologiques (par exemple, des matériaux compostables). Une plus petite quantité de matériaux équivaut à moins de déchets, non seulement au niveau de l’emballage mais aussi du transport des marchandises d’un endroit à l’autre.

Le volume et le poids des envois seront réduits si l’on utilise moins d’emballages. Cela augmente l’efficacité de chaque expédition (plus de produits par véhicule, moins de camions par expédition, etc.)

En devenant plus efficaces, les camions consomment moins de combustibles fossiles, ce qui réduit les émissions de gaz à effet de serre par kilomètre.

Grouper les expéditions

Le regroupement des envois est important pour aider les marques à éviter les chargements partiels, tant qu’il n’interfère pas avec les attentes des clients en matière de rapidité d’exécution. Les chargements partiels peuvent être éliminés pour réduire le gaspillage de carburant. Il s’agit d’un exploit considérable si l’on considère que les émissions de gaz à effet de serre des semi-remorques, camionnettes et autres véhicules utilisés pour le transport de marchandises représentent environ 24 %.

Pratiquer la numérisation des retours

La numérisation des retours réduit les coûts et protège notre environnement en éliminant les étiquettes préimprimées. Cela permet d’économiser beaucoup de papier. L’entreprise Narvar a par exemple éliminé l’impression et l’envoi de 35 millions d’étiquettes de retour l’année dernière, ce qui représente environ la même quantité de papier que 8 Empire State Buildings.

Créer des centres de distribution

Les détaillants ayant des sites physiques peuvent créer des centres de distribution. Cela réduit la distance que les marchandises doivent parcourir et permet de réaliser des économies sur les frais de transport. Cela réduit le nombre de camions et de kilomètres nécessaires pour acheminer les marchandises d’un endroit à un autre.

Mieux sélectionner ses partenaires

Qu’il s’agisse de travailler avec des fournisseurs d’exécution tiers qui utilisent des véhicules électriques, des entreprises de camionnage qui refusent les trajets à vide ou des logiciels qui mettent en évidence les principales sources de démissions liées au transport dans votre chaîne d’approvisionnement, le bon partenaire peut réduire votre empreinte carbone sans exploser votre budget.

Une meilleure affectation des stocks

Depuis le COVID-19, qui a pris en otage l’économie mondiale pendant deux ans, tous les détaillants souffrent de pénuries de produits. Il est intéressant de noter qu’un magasin ou un centre de distribution est souvent submergé par un produit qui n’est pas disponible dans un autre.

Les marques peuvent faire un meilleur usage des produits disponibles et réduire le gaspillage en utilisant des technologies et des systèmes qui détectent ces déséquilibres. Cela réduit le nombre de commandes inutiles et contribue à réduire la consommation de carburant et de matériaux dans la fabrication.

Les détaillants ont également l’avantage d’éviter les 20 à 30 % de frais de stockage liés au stockage de produits qui ne sont pas achetés à certains endroits.

En conclusion

Il sera difficile de répondre aux attentes environnementales croissantes des consommateurs. Mais c’est possible. Les acheteurs attendent des entreprises qu’elles créent un monde plus propre et plus vert par le biais de politiques, de processus et de produits.

Les marques ont la responsabilité d’informer les consommateurs de leur engagement en faveur de la durabilité à chaque étape du voyage (approvisionnement en matériaux et fabrication, livraison, etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.